Jurisprudence : les grands arrêts de l’année


La jurisprudence est un élément essentiel du droit français, permettant de mieux comprendre l’évolution des règles juridiques et leur application par les juges. Dans cet article, nous allons vous présenter les grands arrêts de l’année qui ont marqué la jurisprudence et contribué à façonner le paysage juridique actuel.

1. La protection des données personnelles et le droit à l’oubli numérique

Dans un arrêt rendu le 24 septembre 2019, la Cour de cassation a confirmé que le droit à l’oubli numérique, consacré par la jurisprudence européenne, s’applique également en France. Cette décision a pour conséquence de renforcer la protection des données personnelles des individus sur internet. Elle impose aux moteurs de recherche de déréférencer, sous certaines conditions, des informations obsolètes ou inexactes concernant une personne.

2. La réforme du droit des contrats

L’année 2019 a également été marquée par plusieurs arrêts importants en matière de droit des contrats. Le 13 novembre 2019, la Cour de cassation a ainsi apporté des précisions sur la notion d’imprévision, introduite par l’ordonnance du 10 février 2016 réformant le droit des contrats. Selon cette décision, un événement imprévisible et irrésistible ne suffit pas à caractériser l’imprévision si les parties ont prévu contractuellement la répartition des risques liés à cet événement.

3. La responsabilité du fait des produits défectueux

En matière de responsabilité du fait des produits défectueux, un arrêt de la Cour de cassation du 27 novembre 2019 a retenu l’attention. La haute juridiction a en effet considéré que, dans certaines circonstances, le fabricant d’un produit défectueux peut être tenu pour responsable même en cas de faute de la victime. Ce faisant, elle a renforcé la protection des consommateurs face aux dangers liés à l’utilisation de produits défectueux.

4. Le droit du travail et la discrimination syndicale

La jurisprudence en matière de droit du travail a également connu des évolutions notables cette année. Ainsi, le 27 septembre 2019, la Cour de cassation a jugé que la discrimination syndicale est une forme de discrimination interdite par le Code du travail. Cette décision confirme que les salariés ne peuvent pas être défavorisés en raison de leur engagement syndical, notamment en ce qui concerne leur rémunération ou leur accès à la formation professionnelle.

5. Le droit pénal et la légitime défense

Enfin, un arrêt rendu le 10 octobre 2019 par la Cour de cassation en matière de droit pénal a suscité un vif intérêt. La haute juridiction a en effet reconnu la légitime défense d’un homme qui avait tué son cambrioleur en état de récidive légale, après avoir fait l’objet de plusieurs cambriolages. Cette décision illustre la volonté des juges d’adapter la notion de légitime défense à des situations concrètes, tout en veillant au respect des principes fondamentaux du droit pénal.

Les grands arrêts présentés dans cet article témoignent de l’évolution constante de la jurisprudence et de sa capacité à influencer la pratique du droit. Ils soulignent également l’importance pour les avocats et les juristes de se tenir informés des dernières évolutions jurisprudentielles afin de mieux conseiller leurs clients et anticiper les risques juridiques auxquels ils peuvent être confrontés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *